Actions et lutte contre les exclusions

Archives de novembre, 2014

Au revoir Gaétane

Gaétane + fleur

Notre amie Gaétane Lanciaux nous a quittés le 12 novembre 2014. Ses funérailles ont eu lieu le 18 novembre à Hautmont.

Vous trouverez ci-dessous les hommages qui y ont été lus et qui traduisent ce que nous ressentons tous.

 » Gaëtane,
Au moment de te dire au revoir, il y a beaucoup de choses qui remontent et du coup comme disait Roseline, nous ne savons pas par quoi commencer et surtout comment le dire .

Tu es arrivée dans le groupe ATD de Sambre Avesnois en décembre 2006, Guy et Sylviane t’avaient invitée avec ta famille à participer à une fête de Noël organisée par le groupe à Boussois.
Presque 8 ans déjà …C’est peu par rapport à certains membres du groupe et en même temps tu es devenue une militante tellement motivée , tu as participé à tellement d’actions que l’on a l’impression que tu étais là depuis très longtemps.

Dès janvier 2007 chez Michèle à Louvroil, tu participais à ta première préparation d’Université Populaire . Le thème en était : Comment s’enrichir au contact de l’autre ? Et la première question : Que veut dire « préjugés » ? et oui déjà en 2007 nous en parlions. Ta réponse avait fusé : « C’est les idées toutes faites, les idées reçues que l’on a sur les gens avant de les connaître ». Qui aurait pu mieux dire ?
La question suivante était :  Comment rencontrer l’autre ?  Et tu avais répondu : « Il faut oser se parler, oser aborder l’autre. Pour aller vers l’autre, il faut trouver le courage en soi, ne pas avoir peur ».
Gaëtane, c’est toi qui m’a donné le courage d’aller vers les autres.
Le courage, toi tu en avais pour aller vers les autres. Tu osais distribuer les papiers à la Poste de Maubeuge, tu osais aller au devant des passants sur le marché avec le collectif du refus de la misère, tu osais prendre la parole devant les décideurs, les élus. A notre tour maintenant d’oser pour avancer vers un monde plus juste auquel avec toi nous voulons croire. Rien n’est facile.Moi, j’ai envie de continuer à motiver les autres.

Pour toi, la vie n’était pas facile non plus, loin de là. Mais tu avais toujours envie de participer même quand tu n’étais pas en capacité de le faire ou quand, plus tard la maladie t’empêchait de tenir tes promesses. Parfois nous étions en colère mais cela ne durait pas car dès que tu allais mieux, tu faisais de nouveaux projets pour le groupe. Lorsque nous venions te rendre visite à l’hôpital, tu demandais toujours des nouvelles des uns et des autres sans t’apitoyer sur ton sort.

Ce que nous trouvions très beau et qui nous aidait aussi, c’est votre complicité avec Jacques. Nous en avons souvent parlé entre nous. Les derniers temps vous avez vécu un cauchemar. Comment Jacques aurait-il pu tenir sans ce lien très fort, cet amour qui vous unissait ? Vous vous appeliez « bébé » et c’est vrai qu’un bébé donne tellement d’amour qu’on oublie ses cris et les nuits sans sommeil.

Nous pensons beaucoup à toi Jacques, à Ludovic, à ses enfants qui n’ont pas eu la chance de comprendre qui était leur maman et de quelle générosité elle faisait preuve quand il s’agissait de convaincre pour que d’autres familles n’endurent pas les mêmes souffrances.

Gaëtane nous a montré le chemin comme avant elle toutes ces personnes qui ont marqué notre groupe et qui sont décédées, souvent trop jeunes comme Gaëtane. Nous nous rappelons de Francis, Charles, Marie-Noëlle, Jean-Paul, Michel, Blanche, l’abbé Jean, Françoise, Roberte, Jean-Claude, Philippe, Jenny, Noël.

Ils ont fait un bout de chemin avec nous, à nous maintenant d’être forts et soudés pour continuer. A ces alliés, à ces militants, à toi Gaëtane, nous disons MERCI. »           Michèle R., René, Christiane, Michèle C. pour le groupe d’ATD Sambre Avesnois

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » A la famille et aux amis de Gaëtane

Gaëtane nous a quittés.
Elle laisse un vide immense
A la mesure de la ‘grande dame’ qu’elle était.

Nous tous qui avons eu la chance de la croiser
Ou mieux encore, de la connaître en partageant l’un ou l’autre temps fort avec elle,
Nous avons été impressionnés par sa force de caractère, par toute l’intelligence qu’elle s’était forgée à l’école de la vie.
C’était une combative.
Mais son combat, c’était la justice.
Que les plus faibles, les laissés de côté…
Soient pris en compte et respectés.

Elle savait que ce combat, elle ne pouvait pas le gagner seule.
Alors elle s’est investie, jusqu’à l’extrême limite de ses forces, dans le dialogue, dans le croisement avec des personnes de tous milieux, acharnée à leur faire comprendre, à les convaincre, à les engager, mobilisant tout son entourage pour pouvoir continuer, malgré la maladie.

Vous tous qui l’avez aimée, soutenue, merci de nous avoir permis de la connaître. Merci de lui avoir permis de s’accrocher, quasi jusqu’à son dernier souffle.

Au moment de lui dire adieu, nous sommes de tout cœur avec vous.

Repose en paix, Gaëtane, tu l’as bien mérité . »  Roseline de la part de l’équipe des Ateliers du croisement des savoirs.

 

« Gaëtane faisait partie de l’équipe élargie du croisement des savoirs, des Universités Populaires Quart Monde, et de bien d’autres choses. A cause de la maladie elle ne pouvait plus venir aux rencontres de l’équipe ni aux sessions sur le croisement des savoirs. cela la rendait très malheureuse. Gëtane nous avait dit qu’elle était épuisée elle avait dit aussi : « Si je dois garder une chose, c’est le croisement des savoirs. » Cela comptait beaucoup pour elle car elle n’avait pas peur de dire sa pensée lors des interventions que ce soit école, co-formation, enfant, logement etc.

Gaëtane a réussi à venir encore une fois à l’université populaire du 20 septembre à Lille. Les militants, alliés et volontaires étaient heureux de la voir.

Gaëtane , tu étais :

G comme Géniale

A comme Agréable

E comme Emouvante

T comme Tendre

A comme Amitié

N comme Nouée (par l’injustice)

E comme Enfant »

Francis pour l’équipe des croisements des savoirs et la région Nord Pas de Calais.

 

Retour sur le 15 octobre à Maubeuge : exposition « Combattre nos préjugés c’est combattre la pauvreté » et projection du film « Se battre »

Une satisfaction : le nombre, 87 personnes ont assisté à la projection du film « Se battre » et une vingtaine de plus à l’exposition « Combattre nos préjugés c’est combattre la pauvreté ».

P1150239P1150240

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’exposition a été appréciée , l’école d’éducateurs de Maubeuge et la médiathèque d’ Aulnoye nous ont sollicités pour l’exposer dans leurs locaux.P1150244

P1150247

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150245P1150246

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’échange avec la salle qui a suivi la projection du film « Se battre » fut également de grande qualité, des interventions nombreuses, spontanées, courtes et respectueuses des autres. En voici quelques unes  :

– Au début j’étais un peu gênée car je trouvais que l’on insistait beaucoup sur l’assistance, heureusement par la suite la parole a été largement donnée aux personnes, notamment à la dame qui avait un passé plutôt aisé, ce qui prouve que cela peut arriver à tout le monde.

– J’ai remarqué que les personnes filmées étaient essentiellement des femmes seules ou seules avec enfants. C’est également ce que l’on constate à « Femmes solidaires », la pauvreté touche de plus en plus de femmes.

– Le film retrace la réalité mais il fait complètement abstraction des questions politiques sous-jacentes :  tant que nous serons dans un système libéral où seul le profit compte, les choses ne changeront pas, il faut aussi poser la question des choix politiques que nous faisons, le film n’en parle pas du tout.

– Ce qui est filmé est très juste, c’est vraiment ce que vivent les gens , je l’ai vu lorsque je travaillais comme travailleuse familiale, les gens de l’extérieur ne se rendent pas comptent de cette réalité.

– Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cela, le mec qui gagne largement sa vie, qui roule dans une voiture de luxe, quand il passe à côté d’un SDF, il n’est pas aveugle, il le voit, et s’il ne donne rien , c’est bien qu’il choisit de ne rien donner.

– Ce qui m’a frappé et qui m’interpelle c’est que les personnes solidaires sont essentiellement des personnes dont on peut supposer qu’elles ne sont pas très fortunées. En particulier celle qui accueille une famille rom chez elle pour permettre aux enfants de prendre une douche.

– Les personnes sont très diverses, on voit aussi l’importance de l’attachement aux animaux que portent certaines personnes du film, ce qui est très fréquent.

– …

Michèle C.

Nuage de Tags