Actions et lutte contre les exclusions

Archives de juillet, 2013

Qu’avons-nous appris lors du débat sur l’eau ?

P1120446Gabriel Amard, Président de l’Agglomération des lacs de l ‘Essonne et de sa régie publique de l’eau.

 

Comme nous en avons déjà parlé sur ce blog, le 26 juin 2013 avait lieu à l’hôtel de ville de Maubeuge, un débat sur la gestion de l’eau.

Hormis l’absence inexcusable de Rémi Pauvros, président de l’ AMVS (Agglomération de Maubeuge Val de Sambre), remplacé au pied levé par Michel Lo Giacco, vice-président de l’AMVS  en charge de l’environnement, ce débat fut un succès.

Environ 120 personnes ont fait le déplacement et la prestation de Gabriel Amard, Président de l’Agglomération des lacs de l’Essonne, fut remarquable. Monsieur Amard a exposé de façon claire et documentée comment son agglomération avait opéré un retour en régie publique de la gestion de l’eau.

Voici ce que les membres d’ATD Quart-Monde de Sambre Avesnois ont retenu de cette soirée :

– » L’eau coûte cher, chaque fois que je reçois la facture, elle est toujours en augmentation. J’ai appris que l’eau est de plus en plus polluée il faut la purifier, donc cela coûte cher ». Dominique B. MAUBEUGE

– » Débat très technique mais intéressant. A Bavay qui a rejoint Noréade ( régie publique) grâce à cette action le prix de l’eau a baissé de 20% ». René militant ATD Quart Monde;

– Autres choses retenues : « au-delà de 120 m3 de consommation, l’eau est considérée comme consommation de luxe ainsi que la possibilité pour les gros consommateurs d’eau du type « agriculteur » la pose de 2 compteurs, l’un pour l’exploitation et le second personnel ». Marie France

– « J’ai apprécié le débat, c’est possible de faire un débat citoyen, pourvu  que les élus suivent…  » André

– » Gabriel Amard a expliqué que l’agglomération des lacs de l’Essonne a réussi à créer une régie publique de l’eau qui utilise du matériel performant et des techniques de pointe pour un coût de revient moins cher pour l’usager. En résumé, « ils ont fait mieux pour moins cher ». En France « L’eau paie l’eau », ce qui veut dire qu’il est interdit d’impacter les impôts locaux pour financer une régie publique de l’eau. Au final c’est toujours l’usager qui paie au travers de sa facture d’eau. Gabriel Amard a également expliqué qu’il est tout à fait possible de connaître les compositions des familles et de calculer la consommation dite « vitale » (35m3/par personne) pour une famille. Un retour en régie publique suppose une conviction forte de nos élus que l’eau est un bien vital pas comme les autres. Dans une régie publique il n’y a pas de personnel commercial, il ne faut pas rémunérer les actionnaires, … toutes les dépenses engagées le sont pour un meilleur service de l’eau. » Michèle C.

Atelier informatique

Dernier rendez-vous de l’année permettant à notre petit groupe de nous familiariser avec l’outil informatique et ainsi d’alimenter notre blog.

un grand merci à André Dhélin pour son accueil et sa disponibilté!

Bonnes vacances à tous!
Christiane

De qui Rémi Pauvros a-t-il peur ?

Monsieur le Président,

« La pire des humiliations c’est de ne compter  pour rien« , c’est en ces termes que les plus pauvres décrivent la violence de la misère.
Au collectif du refus de la misère, cette violence nous l’avons vécue.

Alors que depuis octobre 2011 nous vous avons sollicité pour qu’ait lieu un débat sur un retour possible en régie publique de la gestion de l’eau,

Alors que vous aviez donné votre accord en février 2012, renouvelé en octobre 2012 : « Comme je m’y suis engagé, le débat sur l’eau avec Monsieur Gabriel AMARD aura bien lieu, mes services se rapprocheront de vous pour vous informer de la date fixée »,

Alors qu ‘en février 2013, par l’intermédiaire de votre chef de cabinet, des contacts ont été pris avec Monsieur AMARD pour convenir d’une date,

Alors qu’en avril 2013, car les agendas ont été difficiles à concilier, vous êtes entre-temps devenu député, la date du 26 juin 2013 à 18 heures fut fixée et même « gravée dans le marbre » comme nous l’ont dit les chefs de cabinets respectifs,

Alors que le 8 avril 2013, le collectif rencontrait la directrice adjointe en charge de l’eau à l’agglomération pour envisager l’organisation concrète du débat et sa publicité, pour définir les points à aborder,

Alors que les services de l’agglomération ont imprimé les flyers et les invitations et fourni l’adresse des élus à inviter.

SANS AUCUN MOT D’EXCUSE à Monsieur AMARD, ni au collectif, vous n’êtes pas venu et nous avons découvert au moment de démarrer le débat, ce que certains élus semblaient savoir depuis quelques temps, que  » LE PRESIDENT NE PARTICIPERAIT  PAS AU DEBAT ».

Comment ne pas réagir à ce MEPRIS ?
Nous avons été NAÏFS !

Plusieurs signes auraient dû nous mettre en alerte :

Le 4 juin 2013, nous étions invités à une réunion d’harmonisation dans les locaux de l’agglomération avec le directeur de cabinet de la mairie, le directeur de cabinet de l’agglomération, et la directrice adjointe en charge de l’eau. Finalement, seule cette dernière était présente.

Les cartons d’invitations devaient être conçus et imprimés par l’agglomération, nous découvrons que le flyer proposé par le collectif fait office d’invitation. Aucun logo de l’agglomération n’y figure. La directrice précise que « c’est le collectif qui invite « .

Nous l’interpellons pour savoir quelle publicité du débat sera faite par la ville de Maubeuge, celle-ci indique qu’elle se charge de prendre contact avec le service communication de la ville. Malgré un rappel de notre part, aucune publicité n’est faite sur le site de l’agglomération ni sur le site de la ville. Les seules affiches mises l’ont été par nos soins.

La presse locale fait un article de fond sur le thème du débat évoquant la participation de Gabriel AMARD, à aucun moment votre nom n’y figure.

OUI, nous sommes en colère.

L’invité Gabriel AMARD, les 120 personnes qui se sont déplacées et les membres du collectif n’ont pas été RESPECTES.

QU’EN EST-IL DE LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE qui figure dans tous les documents politiques de programme et de réalisation, distribués à la population !

Le débat a eu lieu, il fut de grande qualité. L’invité n’a fait aucune allusion à son appartenance politique et les questions posées le furent sur le fond dans un climat de profond respect.
Un modèle de citoyenneté, sauf que l’acteur local principal a fui le débat !

Monsieur le Président, de quoi, de qui, avez-vous peur ?

Le collectif du refus de la misère,
dont 15 membres ont contribué à l’écriture de cette lettre le 2 juillet 2013

 

P1120447

PIQUE NIQUE de l’Eté

Le Vendredi 5 Juillet 2013 atd quart monde organisa un pique nique de fin d’année une très très très bonne ambiance

conviviale, amicale, repas copieux… LA FËTE ! musique, jeux , chants!  tout le monde était invité…(le soleil était au rendez-vous) ! MERCI  ATD.     DOMINIQUE  B. MAUBEUGE

pique-nique ATD du 5 juillet 2013

 

 

 

 

Nuage de Tags