Actions et lutte contre les exclusions

Un héros ordinaire …

7h58 le 27 mars 2014, le TER Maubeuge-Lille démarre.

A peine installée à l’étage supérieur, des cris aigus, étranges, fusent de l’étage inférieur.
Je m’interroge, s’agit-il d’un « malade mental » ?
Un passager se lève aussitôt et s’approche de l’escalier en hurlant : « Qui est-ce qui gueule ? Arrête de te foutre du monde… » Il s’en suit un bref échange avec un jeune du bas, je distingue quelques mots, « descend » … une invitation à la bagarre, et l’on sent l’homme prêt à en découdre. Aussitôt, un jeune homme assis sur la banquette située juste devant la mienne, se lève calmement.
Sans dire un mot, il fait obstacle de son corps pour empêcher le passager très énervé et agressif de descendre. Ce dernier finit par retourner à sa place en maugréant.
Les choses rentrent dans l’ordre jusqu’au premier arrêt du train, dix minutes après le départ.
Le jeune homme qui criait interpelle l’homme agressif et le somme de descendre sur le quai. Celui-ci se lève à son tour, très excité . De nouveau le jeune homme calme s’interpose. Le train reprend sa route et chacun rejoint sa place, celui qui criait étant descendu à cet arrêt. Le jeune homme « pacifique » n’a pas dit un mot et toujours aussi calmement il s’est de nouveau assis sur son siège.
Pour le décrire je dirai : « Un homme jeune, au teint basané , sans doute d’origine étrangère, vêtu de façon à la fois moderne et sobre, une corpulence svelte mais pas baraqué, les oreillettes de son MP3 branchées. Un type ordinaire ! »
Vraiment interpellée par son courage, je m’assoie un court instant à ses côtés, lui demandant s’il connait le jeune qui criait ou l’homme agressif. « Non ! ». Je le félicite pour son courage de s’être interposé au risque de se prendre un mauvais coup. « C’est normal » répond-il.
Fin de notre échange.
Je l’ai vu descendre à l’arrêt suivant et rejoindre d’autres jeunes, des étudiants sans doute.

         « Un héros ordinaire, artisan de paix, complètement anonyme, chapeau ! »

Au moment où j’écris ce texte, il résonne d’autant plus que l’actualité récente évoque une jeune agressée dans le métro sans que personne ne bouge.

                                                                                                                                                  Michèle C, le 28 avril 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :