Actions et lutte contre les exclusions

Retour sur 3 mois passés avec nos amis « les Roms de Louvroil », hébergées à l’hôtel  de janvier à mars 2014 :
-D’abord, nous avons rencontré des personnes en grande difficultés sociales, marquées par le rejet perpétuel, en errance depuis des années et en souffrance. Mais, nous avons rencontré des personnes, avant de rencontrer des Roms.
-Dans les échanges que nous avons eu avec eux, nous avons écouté leurs histoires faites d’exclusions, de mise à l’écart, de rejets, d’abord en Roumanie où ils sont sans droits (ou presque), puis en France, où le même rejet les a poursuivi, sans doute pas avec les mêmes mots (et c’est à voir !), mais avec la même violence (cf. le repas à la chapelle du Calvaire à Hautmont).
Nous avons appris et entendu leurs désirs d’être reconnus, respectés, leur désir d’avoir un travail, d’être quelqu’un, leurs désirs de vivre normalement, de pouvoir se poser pour construire quelque chose de stable. Nous avons entendu aussi leurs envies de nous rencontrer, de parler, de partager leurs difficultés, leurs espoirs, leurs joies, leurs peines.
Bref ! Nous avons rencontré des personnes ; nous étions là pour les accueillir, ce sont eux qui nous ont accueillis ; nous avons découvert que la différence de culture, quelquefois marquée et forte, n’empêche pas les liens de se créer, n’empêche pas de s’attacher, n’empêche pas l’amitié de naître en réciprocité.
-Nous savions, mais nous avons touché du doigt la place des pauvres dans nos sociétés : la queue aux restos du cœur, la manque de tout, la dépendance à ceux qui ont, qui donnent, la difficulté d’accès aux soins, à se nourrir, mais aussi l’aspiration à la dignité.
-Nous n’avons pas réussi à mobiliser les élus, encore moins la population. Mais comment mobiliser des gens qui se bouchent les yeux, qui ne veulent pas voir, qui ont des à priori, qui véhiculent quelquefois la haine de l’autre différent ?
Pour les élus, la période électorale n’a pas facilité les choses : peut-être pourrions-nous les inviter à passer un moment avec nous pour que nous leur disions ce que nous avons vécu pendant ces 3 mois, et passer les photos prises ; simplement cela, dans le seul but de les interroger ?
Pour la population, nous sommes convaincus que les a priori ne tombent pas d’un coup de baguette magique.  Ce qui peut aider à les faire tomber, c’est de demander aux élus politiques d’avoir le courage d’aller à contre courant, de ne pas brosser la population dans le sens du poil, bref, de mettre en avant ce qui peut enrichir plutôt que ce qui peut diviser.
-Nous avons essayé d’accompagner : accompagner, c’est aider à faire, à devenir autonome, à se passer de nous. Mais les conditions, la courte période (3 mois, c’est peu), l’urgence dans beaucoup de domaines ont peu laissé de place à l’autonomie. Accompagner, c’est aussi écouter, être présents, rassurer, donner le moral, prendre la main : nous trouvons que cela n’a pas mal réussi !
Les limites de l’accompagnement, elles se font jour au moment où les décisions ne nous appartiennent plus, mais dépendent de la bonne volonté (où de la mauvaise !) d’autres personnes, groupes, … Les limites de l’accompagnement, on les trouve aussi quand les engagements des uns et des autres ne sont pas respectés (AFEJI, élus, préfet…).
-Quant à nos propres limites, à chacun(e) de les fixer ; ce qui est certain, c’est que rencontrer et découvrir l’autre ouvre un chemin dont on ne voit pas le bout et qui nous engage toujours plus avant. Il faut alors retrouver l’essentiel, prendre du recul, faire le point. Accompagner n’est pas envahir, ni être envahi. Mais c’est sur que plus on rencontre, plus il faut marquer les limites.
-Les questions que ça nous pose : quelle place dans notre société pour la différence (de culture, de religion, de manière de vivre…) ? Comment convaincre que la rencontre est source de richesse qui transforme les mentalités ? Comment combattre l’intolérance, le refus de la dignité de l’autre, la haine, le mépris… ? Comment faire entendre aux politiques que leur frilosité, leur volonté de ne pas afficher leurs convictions, non seulement les dessert, mais renforce l’intolérance et le rejet que véhiculent les extrêmes ? Comment faire entendre que c’est d’abord l’homme qui doit être premier, sa dignité, avant toute autre considération ? Comment convaincre les personnes de rejoindre ces convictions ?

Nous avons vécu des moments très forts avec Stan, Luminata, Secret, Caroline, Maria, Cirisel, Maria, Edessa, Loucas. Si c’était à refaire, nous le referions sans hésiter. Même si les relations nécessitent parfois de s’opposer, de dire non, de râler, de remettre à leur place, ce que nous avons vécu est irremplaçable. On est peut-être crevés, mais surtout, on est heureux ; on ne peut les oublier.
Nous poursuivons les liens par téléphone avec eux et avec ceux qui les accompagnent actuellement.
Et pour Carolina, nous irons la voir à Cambrai un de ces jours (et des personnes de Cambrai que nous connaissons pensent aller la voir).

Brigitte et Jean-Marie Rausenberger – 04/04/2014

20140331 famille Roms Louvroil Luminata M & JM 180Jean-Marie, Luminata, Michèle

Publicités

Commentaires sur: "3 mois de proximité avec 3 familles roms hébergées à Louvroil" (3)

  1. BLANC Chantal a dit:

    Merci pour ce vécu partagé. Heureuse de reconnaître Michèle sur la photo. A Pézenas nous sommes aussi impressionnés par nos amis Roumains, Rom ou non, leur dignité, leur énergie, la solidarité entre eux et parfois avec des personnes sans logis françaises.

  2. […] les engagements des uns et des autres ne sont pas respectés (AFEJI, élus, préfet…). (…) Blog d’ATD Quart Monde […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :