Actions et lutte contre les exclusions

P1120446Gabriel Amard, Président de l’Agglomération des lacs de l ‘Essonne et de sa régie publique de l’eau.

 

Comme nous en avons déjà parlé sur ce blog, le 26 juin 2013 avait lieu à l’hôtel de ville de Maubeuge, un débat sur la gestion de l’eau.

Hormis l’absence inexcusable de Rémi Pauvros, président de l’ AMVS (Agglomération de Maubeuge Val de Sambre), remplacé au pied levé par Michel Lo Giacco, vice-président de l’AMVS  en charge de l’environnement, ce débat fut un succès.

Environ 120 personnes ont fait le déplacement et la prestation de Gabriel Amard, Président de l’Agglomération des lacs de l’Essonne, fut remarquable. Monsieur Amard a exposé de façon claire et documentée comment son agglomération avait opéré un retour en régie publique de la gestion de l’eau.

Voici ce que les membres d’ATD Quart-Monde de Sambre Avesnois ont retenu de cette soirée :

– » L’eau coûte cher, chaque fois que je reçois la facture, elle est toujours en augmentation. J’ai appris que l’eau est de plus en plus polluée il faut la purifier, donc cela coûte cher ». Dominique B. MAUBEUGE

– » Débat très technique mais intéressant. A Bavay qui a rejoint Noréade ( régie publique) grâce à cette action le prix de l’eau a baissé de 20% ». René militant ATD Quart Monde;

– Autres choses retenues : « au-delà de 120 m3 de consommation, l’eau est considérée comme consommation de luxe ainsi que la possibilité pour les gros consommateurs d’eau du type « agriculteur » la pose de 2 compteurs, l’un pour l’exploitation et le second personnel ». Marie France

– « J’ai apprécié le débat, c’est possible de faire un débat citoyen, pourvu  que les élus suivent…  » André

– » Gabriel Amard a expliqué que l’agglomération des lacs de l’Essonne a réussi à créer une régie publique de l’eau qui utilise du matériel performant et des techniques de pointe pour un coût de revient moins cher pour l’usager. En résumé, « ils ont fait mieux pour moins cher ». En France « L’eau paie l’eau », ce qui veut dire qu’il est interdit d’impacter les impôts locaux pour financer une régie publique de l’eau. Au final c’est toujours l’usager qui paie au travers de sa facture d’eau. Gabriel Amard a également expliqué qu’il est tout à fait possible de connaître les compositions des familles et de calculer la consommation dite « vitale » (35m3/par personne) pour une famille. Un retour en régie publique suppose une conviction forte de nos élus que l’eau est un bien vital pas comme les autres. Dans une régie publique il n’y a pas de personnel commercial, il ne faut pas rémunérer les actionnaires, … toutes les dépenses engagées le sont pour un meilleur service de l’eau. » Michèle C.

Publicités

Commentaires sur: "Qu’avons-nous appris lors du débat sur l’eau ?" (1)

  1. BLÜGE a dit:

    Je souhaite tout simplement remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées durant de longs mois afin de rendre cette soirée possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :